CV


...

Illés Sarkantyu
Photographe et cinéaste né à Budapest en 1977. Vit à Bordeaux et travaille en France.

Diplômé de l’université d’art appliqué Moholy-Nagy de Budapest en 2000, Illés Sarkantyu en devient le chef de studio et de laboratoire.

En 2002, il s’installe à Paris. Grâce à l’entremise des collectionneurs d’art Judit Nemes et András Szöllősi-Nagy, il réalise des portraits du cercle d’artistes et intellectuels d’origine hongroise qu’il rassemble, en 2006, dans le cadre de l’exposition “Franco-hongrois” à l’Institut français de Budapest. En 2011, Sarkantyu y présente “Mihály”, un dispositif audiovisuel commémorant la figure du père. Les problématiques de l’absence et de la présence, de la mémoire et de l’héritage sont depuis lors des motifs récurrents dans son travail.

De février 2013 à avril 2014, il est invité en résidence au domaine de Kerguéhennec. De ce travail au long-cours naît “Ombrées”, un projet qui évoque l’esprit du lieu. Cette nouvelle œuvre, qui mêle photographies et film, est exposée au château en 2014.

En 2015, il réalise une œuvre photographique en recomposant le vitrail de Marc Chagall, “La Paix”. Ses photographies, exposées au musée du Pays de Sarrebourg, sont accompagnées des créations musicales du compositeur Jean-Baptiste Doulcet, avec lequel il travaille en binôme.

Depuis 2007, il travaille sur le fonds du photographe Lucien Hervé. Le maniement de ces archives lui inspire une série photographique qui fait l’objet de plusieurs expositions. Un assemblage complexe de ces dossiers, intitulé Contacts, a notamment pris place dans l’exposition “Dans l’atelier : L'artiste photographié, d'Ingres à Jeff Koons” au Petit Palais, à Paris, en 2016.

Le travail d’Illés Sarkantyu est représenté par la Galerie de La Forest Divonne, Paris-Bruxelles. Ses expositions : “Less is more” (2014), “Paraphrases” (2016) et “Abstraction du concret” (2018).

Ses livres : Face au vif (2016), Gavrinis, une chambre (2017), La Disparition (remix) Illés Sarkantyu featuring Jean-Pierre Vielfaure (en coédition avec Naima, 2019) aux éditions Domaine de Kerguéhennec. Mise en demeure, Château de La Roche (édition limitée à 50 exemplaires, 2020), commande de Viviane de Montalembert.

Ses photographies ont aussi été publiées dans une quarantaine de catalogues d’art (Bernard Pagès, Pierre Tal Coat, Lee Bae entre autres). Sarkantyu a réalisé près de trente films sur l’art parmi lesquels : Anna Mark au château de Ratilly, 2007 (21 min.) ; Lucien Hervé, 2010 (26 min.) ; Janos Ber : Faire Face, 2010 (52 min.) ; La Trinité Kerguéhennec, un tableau éphémère de Christian Jaccard, 2011 (26 min.) ; Alexandre Hollan : Arbres, 2011 (30 min.) ; Dansaekhwa, l’aventure du monochrome en Corée, des années 70 à nos jours (Entretien avec Park Seo-Bo), 2015 (24 min.) ; Tal Coat, Le ciel n’est pas distinct de la terre, 2017 (52 min.) ; Mur/Murs, la peinture au-delà du tableau (au musée d’art moderne de Gyeonggi, Corée du Sud), 2018 (26 min.)

CV français 03 02 2020 (pdf)